« Plus d’un jeune français sur 10, après plus de douze ans passés dans les murs de l’École de la république, se trouve dans une situation d’insécurité linguistique globale (à l’oral comme à l’écrit) qui obscurcit durablement son horizon culturel et professionnel. Échec scolaire, errance sociale, voilà où les a conduit l’incapacité de mettre en mots leur pensée avec précision et de recevoir celle de l’Autre avec vigilance. Pour tous ces jeunes gens et jeunes filles, la défaite de la langue c’est aussi la défaite de la pensée et le renoncement à tout engagement culturel et social… »

Lire le texte complet d’Alain BENTOLILA :